Une attaque en Iran cet automne ?

Publié par Alexandre Gagné  |  à  8/12/2012 03:26:00 PM Non commenté

Les informations sur une potentielle attaque israélienne en Iran se font de plus en plus persistantes et la menace d'un conflit à grande échelle semble pointer à l'horizon. Le point.

PAR ALEXANDRE GAGNÉ


Le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu envisagerait sérieusement d'attaquer des sites nucléaires iraniens dès cet automne et cela avant même l'élection américaine du 6 novembre. Cette information est d'abord parue, vendredi dernier, dans le quotidien Yedioth Ahronoth avant d'être reprise et appuyée par d'autres articles des journaux Haaretz, opposé à Netanyahu, et Hayom, soutenant le gouvernement. 


Le quotidien Haaretz, sur la base d'un haute responsable israélien, affirme qu'un document des services de renseignement américain circule au plus haut niveau et comprend une mise à jour de dernière minute sur les avancées iraniennes relativement au développement de l'arme atomique «bien supérieures à ce qui est connu» par les inspecteurs des Nations unies.


L'autre journal, Hayom, avance que ce même document signale que l'Iran a «accéléré ses efforts» pour avancer son programme nucléaire, en particulier dans la fabrication de têtes de missiles balistiques.


«On accuse trop souvent tel ou tel responsable de manipulation, ce qui n'est pas le cas», a-t-il dit à la radio israélienne.
Une attaque avant l'élection américaine pourrait venir troubler la campagne électorale et forcer les États-Unis à entrer en guerre en cas d'une forte réplique iranienne et de ses alliés. Dans le cas d'une attaque post-électorale, le président devrait immédiatement agir. Si Obama l'emporte, il aurait beau jeu d'agir sans difficulté. Advenant l'élection de Mitt Romney, il serait élu, mais il ne prendra les rennes du pouvoir que le 10 janvier, comme le stipule la Constitution américaine. À ce moment, il reviendrait à Obama après consultation auprès de son successeur de prendre une décision.
Réaction gouvernementale 
Interpellé à la suite de la publication de ces nombreux articles, Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré ce dimanche que la plupart des menaces pesant sur la sécurité d'Israël étaient «éclipsées» par la perspective de l'obtention par l'Iran de l'arme nucléaire.
«Je le redis, l'Iran ne doit pas être autorisé à obtenir des armes nucléaires», a déclaré le Premier ministre israélien, qui a également dit que son pays investissait «des milliards» pour sa défense.
Préparatif en cours
Quoiqu'il en soit, sur le terrain, les préparatifs en vue d'une éventuelle intervention militaire vont bon train.
L'armée israélienne s'apprête a lancer cette semaine un test à l'échelle du pays afin d'évaluer le bon fonctionnement d'un système d'alerte par message texte (SMS) dans le but de prévenir la population civile en cas d'attaques de missiles. Des messages en hébreu, arabe, anglais et russe doivent être envoyés sur les téléphones portables des habitants de différentes régions dont celles de Jérusalem, de Tel Aviv et de Haïfa.
Selon les médias, cet exercice est destiné à préparer la défense de la population civile à d'éventuels tirs de missiles ou de roquettes de la part de l’Iran ou du Hezbollah libanais, qui pourraient suivre une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes. 
Par ailleurs, la Banque centrale d'Israël a également élaboré des scénarios de «crise majeure», dont l'hypothèse d'une guerre avec l'Iran, a indiqué le gouverneur de cette institution, Stanley Fischer, sur les ondes d'une télévision israélienne ce week-end.
Plan d'évacuation
Si l'incertitude plane quant à une attaque, plusieurs pays occidentaux, la France en tête, planche sur des plans d'évacuation du territoire israélien.  Des sources diplomatiques affirment que Paris a mis au point un plan prévoyant l'évacuation des 200 000 Français qui vivent en Israël. 
Réaction iranienne
Si une intervention israélienne devait se concrétiser, il est fort à parier que la première mesure iranienne sera de couper les exportations de pétrole et de bloquer le détroit d'Ormuz, déclenchant une flambée des cours du pétrole. 
Au surplus, pour rendre une attaque de ses sites nucléaires difficiles, plusieurs centrales ont été érigées à proximité d'école et d'hôpitaux. 
Bref, si une attaque contre l'Iran doit avoir lieu, c'est effectivement au cours de l'automne et de l'hiver qu'elle doit se faire. La question du climat joue pour beaucoup. Si des troupes doivent être envoyées au sol, elles bénéficieront d'un climat plus frais. Dans récent article du Times, Israël dit clairement préférer faire la guerre l'hiver. Si elle doit débuter, c'est donc à la fin de l'été que ça doit commencer. 
Source: rédigé avec Reuters, Mediaterranee.com, Jssnews.com, Hayom, Times, Yedioth Ahronoth, Haaretz. 


Marqué:

Partager cette nouvelle

Sur le même sujet...

0 commentaires:

Copyright © 2013 Alexandre Gagné. WordPress Theme-junkie conversion par BloggerTheme9
back to top