Tous égaux...tous humains.

Publié par Alexandre Gagné  |  à  6/13/2016 09:38:00 PM Non commenté

Les récentes déclarations de Donald Trump, candidat républicain dans la course à la Maison Blanche, contre l'immigration musulmane ou encore les commentaires déplacés qui pullulent sur les réseaux sociaux, souvent publiés sous le coup de l'émotion, en réaction aux fortes manchettes de l'actualité récente, font oublier à plusieurs que nous sommes tous égaux...tous humains. 

par Alexandre Gagné  - (première partie)

Photo: A. Gagné
La trilogie Retour vers le futur a laissé des traces dans mon enfance. Voyager dans le temps a toujours représenté une utopie pour s'imaginer vivre dans un passé glorieux ou explorer un futur inconnu. Aujourd'hui, ce rêve est quasi possible et je viens de le réaliser.

Il y a quelques semaines, j'ai commandé via Internet une trousse d'analyse génétique auprès de la société 23 and me. 23, c'est le nombre de paires de chromosomes chez l'humain. La compagnie derrière 23 and me, c'est Google, le géant de la Silicon Valley en Californie. (Pourquoi Google ? J'y reviendrai dans un prochain billet.)

Pour environ 200$, la firme réalise en quelques semaines le séquençage de votre génome humain, c'est-à-dire qu'elle décode (en partie) l'information contenue dans les 23 paires de chromosomes. Un vrai voyage dans le temps.

Le processus

Après l'inscription et le paiement sur le site, la firme vous fait parvenir la trousse de prélèvement. Il s'agit d'un petit flacon où il faut y laisser quelques millilitres de salive. En refermant l'éprouvette, un liquide stabilisateur s'injecte automatiquement dans le flacon. La trousse, pré-affranchie, peut aussitôt être remise à la poste. Une longue attente commence.

L'échantillon portant un numéro d'identification unique peut être suivi en temps réel sur Internet à chaque étape du processus.



23 and me parle d'un délai de 4 à 12 semaines. Dans mon cas, un mois a suffit pour l'obtention des résultats.  La quantité d'information disponible est étonnante et dépasse mes attentes. Certes, le tout est anglais, mais relativement facile à comprendre. Pour les moins habiles, l'usage d'un bon traducteur en ligne (celui de Google du reste) vous permettra de mieux saisir le sens de certains mots du vocabulaire médical ou scientifique.

Retour vers le passé

Source: 23 and me - Données personnelles
Les premiers résultats proposés concernent d'abord nos origines ancestrales. Je savais, pour avoir fait ma généalogie matri et patrilinéaire, que mes lointains ancêtres sont Français, particulièrement natifs de la petite commune de Saint-Cosme-en-Vairais, dans le Pays de la Loire. Ils étaient arrivés dans la région de Québec dans les vagues d'immigration des années 1650 pour s'installer à l'Île d'Orléans.

Là s'arrêtaient mes connaissances. Ce que l'analyse ADN a révélé m'a stupéfait. Les résultats montrent la composition de mes gènes à travers les 31 grandes populations du monde. L'analyse comprend l'ADN reçu de tous mes ancêtres récents, des deux côtés de ma famille. Ce qui est étonnant, c'est que les résultats reflètent l'endroit où mes très lointains ancêtres ont vécu avant les migrations massives des 100 dernières années.

D'abord, j'apprends que seulement 15% de mes gènes sont Français. J'aurais pensé davantage. Le
Source: 23 and me - Données personnelles
reste constitue la surprise. Je découvre avoir 25% de gènes d'origine britannique et irlandaise. Pourtant, cela ne fait pas de moi naturellement une personne parfaitement bilingue! Les autres pourcentages, bien que plus faibles, montrent bien un mélange européen des populations finlandaises, scandinaves, espagnoles et italiennes. Les déplacements humains en Europe au gré des conflits et autres tribulations du temps expliquent, sans doute, ce mélange génétique.

«C'est fascinant», dirait (assurément) l'animateur de Découverte, Charles Tisseyre, à Radio-Canada.

Mais ce que je trouve encore plus étonnant, c'est la présence de gènes de l'Afrique du Nord dans les résultats. Un petit pourcentage qui me ramène à mes lointains ancêtres, alors qu'ils étaient encore sur ce grand continent où l'aventure humaine a débuté, il y a 2,8 millions d'années.

Ces données permettent de relativiser bien des choses et de montrer au final que nous avons, toutes et tous, des gènes de nombreuses autres communautés humaines.

Bref, alors que le monde connaît de grands tourments, que les tensions humaines sont de plus en plus exacerbées par des considérations souvent ethniques, culturelles et religieuses, il convient à tous de se rappeler que, quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse, nous sommes tous du genre humain.

*****
Ajouts:

- Dans les semaines à venir, la série sur le sujet se poursuivra avec d'autres résultats fascinants...

- Pour les intéressés, voici un article (en anglais) sur la généalogie de Donald Trump et ses ancêtres allemands et britanniques.

- Enfin, si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires !


Partager cette nouvelle

Sur le même sujet...

0 commentaires:

Copyright © 2013 Alexandre Gagné. WordPress Theme-junkie conversion par BloggerTheme9
back to top