Il y a 100 ans...Montréal tremblait

Publié par Alexandre Gagné  |  à  1/25/2017 09:02:00 PM Non commenté

La Patrie - 27 janv. 1917
Il y a 100 ans ce 26 janvier, une partie du sud-ouest du Québec et de l'Ontario était secouée par un fort tremblement de terre. L'événement, survenu en pleine Première Guerre mondiale, a créé beaucoup d'angoisse. Retour en arrière.

par Alexandre Gagné

Nous sommes le 26 janvier 1917. Il fait beau, mais froid à Montréal. En cette journée d'hiver, le mercure ne dépassera pas les -13 °C.  À la Une des journaux ce matin-là, la situation sur le front de la guerre en Europe où la ville de Reims a été bombardée lourdement par l'armée allemande. Les pertes sont importantes et les victimes nombreuses.

Dans la jeune métropole du Québec, c'est la petite criminalité qui fait couler beaucoup d'encre. Une descente de police dans un appartement de la rue Delorimier a mené à l'arrestation de trois hommes et d'une femme. Le quatuor est soupçonné d'être une «dangereuse bande de voleurs et de trafiquants de cocaïne», une drogue de plus en plus populaire importée des États-Unis. La police a aussi arrêté un négociant chinois en possession d'opium, l'autre drogue «in» en cette année 1917.

Le Canada - 27 janv. 1917

La secousse

En milieu d'après-midi, à exactement 14h36, le tout Montréal se met à trembler. La secousse est forte. Suffisamment pour être ressentie par la population qui croit au pire. « Naturellement, cette perturbation terrestre donna lieu à diverses conjectures. Les uns s'imaginèrent qu'une violente explosion venait de se produire; les autres crurent que c'était là un coup d'Allemands », raconte La Patrie.

Le séisme a provoqué « une panique dans les théâtres, dans les grands établissements du commerce, à l'exposition d'autos », ajoute le quotidien.

Bien qu'aucun dégât majeur n'a été signalé dans les premières heures, «on nous informe que verrerie et vaisselle ainsi que des pendules sont tombées des meubles où elles étaient installées», indique le journal.

La magnitude du séisme n'a pas été enregistrée cette journée-là à Montréal. Le sismogramme de l'université McGill ne fonctionnait pas. L'homme en charge de l'appareil était « en vacances ».

Le fait que la secousse a été signalée à Ottawa ainsi qu'à Drummondville laisse penser que l'épicentre se situait à quelque part dans l'ouest de la province, près de la frontière ontarienne, un secteur réputé propice aux tremblements de terre.

Cette secousse qui a inquiété les Montréalais en ce 26 janvier 1917 était la plus forte à être enregistrée dans la province depuis celle de l'automne 1897.

 Lire aussi: Il y a 100 ans...1917


Partager cette nouvelle

Sur le même sujet...

0 commentaires:

Copyright © 2013 Alexandre Gagné. WordPress Theme-junkie conversion par BloggerTheme9
back to top