Les inondations dans l'histoire du Québec

Publié par Alexandre Gagné  |  à  5/08/2017 04:39:00 PM Non commenté

Alors que le Québec connaît de graves inondations en ce printemps, voici l'occasion de revenir sur ce phénomène dans l'histoire de la province. Retour en arrière en quelques dates importantes.

par Alexandre Gagné avec sources variées

1642 - Inondation dans la jeune colonie de Ville-Marie (Montréal). L'eau monte jusqu'aux portes du fort en décembre de cette année-là. Paul de Chomedey promet à Dieu d'ériger une croix sur le Mont-Royal si les habitations sont épargnées. L'eau se retire. En janvier suivant, Maisonneuve exécute sa promesse.


Courrier du Canada
17 avril 1865
1865 - C'est l'une des pires inondations de l'histoire du Québec. Elle survient le 12 avril alors que le fleuve entre en période de débâcle. Au total, 28 personnes perdent la vie dans les inondations. À Québec, de nombreux débris flottent sur le fleuve. «On voyait passer des meubles».


1886 - Le 19 avril, Montréal se retrouve sous les eaux. Le journaliste David Girard de Radio-Canada propose ce récit de cet événement. On peut aussi relire ce reportage de Découverte ou cet autre article sur le sujet.


1896 - Le 21 avril, la débâcle cause des ravages considérables à plusieurs endroits. «Le secteur Est de Saint-Georges-de-Beauce est partiellement détruit par des montagnes de glaces qui envahissent la 1re Avenue, défonçant les solages et renversant les maisons de bois».

«Les ponts sont tous emportés, y compris le pont David Roy, seul lien entre l’Est et l’Ouest. Les fidèles doivent écouter la messe par-dessus la rivière».

Inondation de l'hôtel McGuire en
1896 à St-Georges en Beauce
On signale de partout des dommages sérieux. Notamment à Sorel, Berthierville, St-Barthélemy et Ste-Anne de Sorel, Verchères, Varennes, où l’eau se répand à plusieurs milles à l’intérieur des terres.

L'historien Jean Provencher a relevé, dans cet article, les dommages causés dans plusieurs villages.


1912 - Nouvelle inondation majeure dans le secteur de Saint-George-de-Beauce.


1913 - Pas de chance. La rivière déborde encore en Beauce. Nouveau désastre.


1917 - C'est la catastrophe en Beauce. «La plus importante dans toute l’histoire de Saint-Georges. Tout débute par un orage d’une grande violence vers 13 heures le 31 juillet. Cet orage est suivi de 12 heures de pluies torrentielles et la rivière sort de son lit en plein milieu de la nuit. Le pont de la rivière Famine est emporté et rejoint 42 autres ponts et bâtisses qui s’écrasent contre le pont de Beauceville. Même le pont de fer est ébranlé et fermé à la circulation pendant plusieurs jours. Des maisons sont emportées, les récoltes sont perdues et de nombreux animaux périssent dans la rivière déchaînée».


1928 - «La rivière Chaudière sort de nouveau de son lit et les glaces dévastent tout sur leur passage. Elles recouvrent la 1re Avenue du village Morency à la Station. Des sentiers sont taillés dans la glace pour que les gens puissent circuler à pied».


1945 - Le 19 mars, les habitants de La Prairie et de la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent sont éprouvés par d'importantes inondations qui causent des dégâts majeurs, selon le journal La Presse. Longueuil, Saint-Lambert et Montréal-Sud sont particulièrement affectés par ces inondations qui s'expliquent par des pluies, le dégel, un printemps hâtif et la formation d'embâcles. À Sherbrooke et Saint-Hyacinthe, où les eaux menacent également de déborder, la population en est quitte pour une bonne frousse.


1974 - Plusieurs centaines de municipalités du Québec sont touchées par les inondations : plus de 1000 maisons et 600 chalets d'été ont été envahis par l'eau et quelque 7 000 personnes durent être évacuées. Les dégâts ont été estimés à environ 60 millions de dollars. Les dédommagements versés pour dégâts attestés ont été de 21,8 millions de dollars.

Les inondations ont touché de nombreux cours d'eau dont la Gatineau, l'Outaouais, la Richelieu, le Saint-Laurent, la Châteauguay, la Saint-Maurice et la Chaudière. La Gatineau et l'Outaouais en crue ont causé le plus de dégâts.

Dès le 16 mai, quelque 40 maisons à Maniwaki avaient été évacuées et la rue principale était sous l'eau. La crue obligea 3 000 personnes à quitter les lieux, plus d'un tiers de la ville étant inondée. L'aide au titre de désastre se chiffra à 2,9 millions de dollars. Les villes et villages plus en aval, comme Wakefield, Chelsea et Pointe-Gatineau, connurent aussi des dégâts considérables.


1976 - Le 30 mars, le niveau des eaux du fleuve Saint-Laurent et de plusieurs de ses affluents brise tous les records. La crue fait des ravages d'Ottawa à Gaspé. La montée de la rivière des Prairies et de la rivière des Milles-Îles force l'évacuation de 281 familles. Une forte pluie, combinée à la fonte des neiges, cause aussi de nombreux dégâts dans des villes comme Laval où 350 familles sont affectées. Le gonflement des rivières Outaouais, Richelieu et Chaudière entraîne de nombreuses évacuations, forçant la Protection civile à rester sur le qui-vive.


1987 - Une crue éclair frappa Montréal le 14 juillet 1987. Pendant qu'une pluie torrentielle s'abattait sur la ville et que de violents orages déchiraient le ciel, les réseaux d'égouts étaient incapables d'absorber un ruissellement si soudain et si massif. Une voie rapide en dépression fut recouverte de 3 mètres d'eau et il fallut secourir des automobilistes prisonniers de leurs voitures. Le réseau de transport en commun était complètement désorganisé. Des maisons et des bureaux furent inondés par l'eau qui refluait des égouts, et des milliers de ces propriétés furent privées d'électricité.

Montréal subissait une vague de chaleur lorsque, le 14 juillet, des orages déversèrent plus de 100 millimètres (mm) de pluie. Une station météorologique à l'Université McGill mesura 86 mm de pluie en une heure. On mesura également des précipitations records de 100 mm au parc Lafontaine, de 92 mm au Jardin botanique et de 99 mm à l'aéroport de Dorval. Des vents puissants accompagnaient les orages, déracinant de gros arbres et renversant des lignes électriques.


1996 - Déluge du Saguenay.


2003 - Inondations majeures dans la région des Bois-Francs au Québec.


2011 -  Inondations historiques en Montérégie.


Sources: Environnement Canada, Ville de Saint-Georges-de-Beauce, Jean Provencher, La Presse, Canada-Français, La Patrie, TVA Nouvelles, Journal de Montréal,


Partager cette nouvelle

Sur le même sujet...

0 commentaires:

Copyright © 2013 Alexandre Gagné. WordPress Theme-junkie conversion par BloggerTheme9
back to top